C'est quoi être heureux?

C'est quoi être heureux ?
Être heureux est pour la plus part des gens un but à atteindre. Personnellement je pense que c’est un voyage. Don la première destination est soi.
Lors de ce voyage il y a plusieurs étape comme le respect, l’acceptation, l’amour, le lâcher prise, la prise de conscience…


Le respect.
Commençons par la venu au monde d’un nouveau né. Avant de lui demander de se respecter en tant qu’enfant ou adulte, il faut le respecter. Respecter sa venue, sa façon d’arriver dans votre ventre ou d’arriver par le ventre d’une autre femme, le temps qu’il met à venir, sa façon de naître. Respecter ses envies, ses peurs, ses émotions, son rythme, ses colères… Dans notre culture, nous avons la fâcheuse habitude de vouloir tout contrôler, de prendre ces petits être pour des « minis miroirs de nous même », de vouloir en faire des « baby-adultes » qui raisonnent comme nous, qui doivent directement entrer dans un moule qui ne leur correspond pas toujours. Je commence par là, parce qu’avant d’agir sur l’effet, il faut agir sur la cause. Donc commençons par accueillir et accepter cet être pur. Essayons de changer nos habitudes, posons nous de nouvelles questions, prenons du recul sur nos peurs, nos objectifs pour eux. Acceptons la différence, acceptons de nous intéresser à ce que nous comprenons pas toujours au premier abord.
Cela fera de cet être un enfant, puis un adulte qui n’a pas peur de lui même, de ce qu’il est, de ce qu’il a envie d’être. Il n’aura pas peur de la différence et donc sera beaucoup plus tolérant avec lui mais avec les autres également, respectant à son tour les différences et essayant donc d’aller toujours plus « loin ».
Ce n’est pas parce que vous avez l’impression de ne pas avoir débuter votre vie avec autant de bienveillance envers l’enfant que vous étiez, que tout est impossible, je pense qu’il est bon de faire un « rapide », mais nécessaire, retour en arrière, avec toute la grandeur d’esprit, la force, l’amour et le courage que vous avez aujourd’hui. Seul ou avec l’aide d’un thérapeute. Afin d’aller voir l’enfant que vous étiez, qui est en vous,
pour le libérer de certains poids qui le freine dans l’adulte qu’il est devenu.
Adulte, vous devez d’abord vous respecter, pour pouvoir ensuite respecter l’autre, mais aussi les animaux, la Terre et tout ce qu’il y a dessus, puis le ciel, l’invisible. Se respecter, s’est d’abord s’écouter, savoir dire « non » ou « oui », respecter son corps également. La vie est un voyage, votre corps est le véhicule que vous avez choisi pour faire ce beau voyage, prenez en soin afin qu’il vous amène loin mais aussi pour que le voyage soit agréable. Respecter son corps c’est ne pas lui donner n’importe quoi comme l’excès de protéine, alcool, sucre, gras, drogue, pollution, ou toute sorte de produits que nous trouvons dans l’alimentation industrielle (voir liste des ingrédients de ce que vous manger, ou faites manger à vos enfants, pour vous en rendre compte).
Se respecter s’est aussi respecter ses différences avec l’autre, ses faiblesses, ses défauts.

L’acceptation.
L’acceptation va de pair avec le respect. Une fois qu’on se respecte, on a plus de facilité à s’accepter. Cela va pour l’autre, lorsqu’on respecte quelqu’un (un inconnu, un membre de sa famille ou son enfant..) on a plus de facilité à l’accepter tel qu’il est.
Nous avons pris l’habitude de toujours vouloir être quelqu’un d’autre ou du moins à ressembler à quelqu’un d’autre, à vouloir changer ou à vouloir changer l’autre en face de nous. Ceci est complètement contre nature ! Nous arrivons avec un « patrimoine », nous devons l’accepter puisque nous l’avons sûrement choisi avant de naître….
Par contre nous pouvons toujours tous s’améliorer, s’éveiller, grandir, travailler à l’expansion de sa conscience.

L’acceptation est le mot d’ordre pour son voyage dans le bonheur.

L’Amour avec un grand A.
L’Amour dans son plus simple appareil. c’est quoi aimer ? Nous manquons de mot dans notre langue, ce mot est employé à tout va, l’amour des coquillettes est évidement différent de l’amour des animaux, de son enfant ou de soi. Et encore bien différent de l’Amour universel. Le grand A dans le mot Amour, représente pour moi la dimension universelle. Il y a encore l’AMOUR supérieur qu’il y a dans l’invisible, l’au delà, l’autre monde qui atteint un degré inconnue et même inimaginable pour nous, simple humain. Mais que nous avons très certainement en mémoire au fin fond de nous, une sorte s’emprunte.
Aimer, c’est respecter et accepter. Comme les pièces d’un puzzle qui s’emboîte à la perfection. Tout prend un sens. Aimer c’est ne rien attendre en retour aussi. Faire, donner, sans rien attendre en retour mais tout en se respectant pour ne pas se vider ou se fatiguer inutilement.
Nous pouvons tout aimer, le brin d’herbe sur lequel nous marchons, l’air que nous respirons, le moustique,
d’ailleurs c’est la femelle qui pique pour prendre ses repas protéinés de sang qui lui permettent d’assurer le développement de ses oeufs avant chaque ponte, si vous ne la laissez pas piquer correctement elle re essaiera jusqu’à qu’elle y arrive ou qu’elle meurt. Nous pouvons aussi aimer le pire, parce que dans le pire il y a toujours du bon. Je sais que cela peut paraître incompréhensible mais si vous n’arrivez pas à aimer le pire, au moins acceptez le. Tout sera bien plus facile pour accéder au bonheur…

Le lâcher prise.
Un mot à la mode, qu’on voit partout en ce moment, qui veut tout dire et rien dire. Le lâcher prise est le fait de se détacher de se qui nous freine et qui nous empêche donc d’être heureux. Cela ne veut pas dire ignorer, abandonner, mais ne plus faire qu’un avec. Le considérer, oui mais avec le recul nécessaire.
C’est aussi vivre l’instant présent. Lâcher les liens qui nous attache au passé ou au futur. Les peurs, les erreurs, les objectifs trop haut…

Accepter fait partit intégralement du lâcher prise.

La prise de conscience, l’éveil.
S’éveiller commence par mettre ses œillères ainsi que toutes ses croyances de côté. Devenir tout neuf ou presque afin de tout regarder, explorer, essayer avec un œil neutre. Garder en soi simplement ce qui nous correspond, ce qui résonne en nous, laisser de côté sans jugement tout le reste parce que rien est figé, notre éveil grandit en même temps que nous. Nos prise de conscience, notre éveil, ne ressemble qu’à nous, il est unique. Son cheminement est différent, tant dans le façon que dans le temps.
Voilà pourquoi il est totalement inutile de se comparer, de vouloir faire ou être comme un tel.

Vous êtes VOUS, plein d’AMOUR, unique, complètement différent mais étrangement égal à l’autre, vous êtes parfait tel que vous êtes, vos défauts sont parfait car ils sont là pour vous apprendre et faire comprendre plein de chose qui vous serviront à évoluer. Vous êtes toutes les pièces d’un puzzle, qui une fois terminer est parfaitement
VOUS.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !